Italie: obligation de vaccination provisoirement rétablie pour la crèche et la maternelle

La majorité populiste au pouvoir en Italie, qui avait suspendu l'obligation de vaccination pour la crèche et la maternelle, a annoncé mercredi un rétablissement de la mesure, tout en promettant une loi instaurant une "obligation flexible".

Guerre de communiqués, déclarations à l'emporte-pièce et même menaces: le débat a fait rage cet été dans le pays.

Au nom de la protection des enfants qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales, les vaccins contre 10 maladies (tétanos, poliomyélite ou encore rougeole) sont obligatoires depuis l'an dernier pour l'inscription en crèche ou en maternelle.

Les enfants de 6 à 16 ans non vaccinés peuvent aller à l'école mais leurs parents risquent jusqu'à 500 euros d'amende.

Cette mesure adoptée par l'ancien gouvernement de centre gauche a été validée par la Cour constitutionnelle mais vivement contestée par le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite), désormais au pouvoir.

Début août, le Sénat a adopté un amendement M5S-Ligue suspendant pour un an l'obligation pour la crèche et la maternelle, dans l'attente d'une nouvelle loi. Mercredi, le M5S a annoncé de dépôt d'un nouvel amendement à la Chambre des députés pour annuler le premier.

Mais la rapporteure M5S du texte auquel a été ajouté cet amendement, Vittoria Baldino, a prévenu dans un communiqué une nouvelle loi sur les vaccins face "aux dysfonctionnements et au chaos" créés par l'obligation.

La ministre de la Santé Giulia Grillo (M5S) a évoqué cet été un projet d'"obligation flexible": priorité à l'information, recours à l'obligation uniquement pour une courte durée et pour les maladies et les régions où le taux de couverture est vraiment trop bas.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) fixe à 95% de la population le taux de couverture vaccinale nécessaire pour atteindre "le seuil d'immunité de groupe" pour une maladie. Si la loi a permis d'élever les taux de couvertures italiens, ils restent dans de nombreuses régions encore en-deçà du niveau requis pour nombre de maladies.

Le pays connaît ainsi une recrudescence des cas de rougeole, dont encore plusieurs mortels cette année.

Lire aussi :Une large majorité de Belges confiants en les bénéfices de la vaccination

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.