Un suivi médico-social pour les femmes enceintes vulnérables à Bruxelles

Le projet ‘Born in Brussels’ destiné aux femmes enceintes vulnérables a été lancé mardi matin à Bruxelles par la VUB (Vrije Universiteit Brussel) et la ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block.

L'objectif est de détecter les femmes enceintes les plus vulnérables afin qu'elles bénéficient d'un suivi adapté. Le projet se concentrera dans un premier temps sur les six communes les plus pauvres de Bruxelles, à savoir Molenbeek-Saint-Jean, la Ville de Bruxelles, Saint-Josse-ten-Noode, Anderlecht, Schaerbeek et Koekelberg.

Les organisations qui s'occupent de politique sociale, de lutte contre la pauvreté, ou encore des mères et de leurs enfants disposeront d'un outil numérique de "screening" afin d'identifier les femmes enceintes qui se trouvent dans une situation de vulnérabilité. Cet outil analyse leur position socio-économique, leur état psychologique, leur vulnérabilité sociale, leur qualité de logement ou encore leur réseau familial. 

Plus de 50 organisations néerlandophones et francophones sont déjà parties prenantes du projet, parmi lesquelles des hôpitaux, des maisons médicales, des plannings familiaux et des initiatives locales. «Tous les partenaires liés au projet 'Born in Brussels' qui rencontreront une femme enceinte vont pouvoir compléter le questionnaire numérique et le résultat sera visible par les autres partenaires afin d'identifier au mieux les soins dont elle a besoin», explique le professeur Katrien Beeckman, chargée de la direction du projet pour la VUB. «La femme aura au minimum un trajet uniforme et celui-ci intègrera les aspects de vulnérabilité identifiés. En fonction des manques per çus à travers l'outil, elle aura ainsi des soins en plus, par exemple une attention plus grande à son réseau social ou à son état mental.» Mme Beeckman précise que la procédure pour bénéficier de l'aide médicale d'urgence sera étudiée pour analyser l'accessibilité et les délais d'octroi. 

«Ce nouveau projet me tient vraiment à cœur», a déclaré Maggie De Block. «Soigner des femmes enceintes, c'est aussi garantir un meilleur avenir à leurs enfants.» Plus de 23.000 enfants naissent chaque année à Bruxelles et plus d'un tiers d'entre eux se retrouvent dans une famille considérée comme vulnérable. Dans de nombreux cas, les femmes enceintes dites vulnérables ne reçoivent pas les soins nécessaires pendant leur grossesse.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.